Passion western

Bénédiction • Olivier Dufault • Marchand de feuilles

Bénédiction raconte un peu plus d’une année dans la vie de Will James, de la toute fin de 1914, où il est arrêté pour vol de bétail en Utah, à la première moitié de l’année 1916, où il est libéré sur parole de la prison fédérale de Carson City, Nevada. Les documents présentés à même le texte – les lettres de Dufault à ses parents, les télégrammes de la traque de Will James, les documents reliés à sa libération conditionnelle, etc. – sont authentiques.

« Ernest Dufault (connu sous le pseudonyme de Will James) quitte le village de St-Nazaire pour vivre son rêve : devenir cowboy. Charismatique et possédant un talent pour le dessin, Ernest réinventera son passé pour mieux construire son futur. Une histoire vraie de cowboy québécois! » – Laurence

Bénédiction • Olivier Dufault • Marchand de feuilles

Bénédiction raconte un peu plus d’une année dans la vie de Will James, de la toute fin de 1914, où il est arrêté pour vol de bétail en Utah, à la première moitié de l’année 1916, où il est libéré sur parole de la prison fédérale de Carson City, Nevada. Les documents présentés à même le texte – les lettres de Dufault à ses parents, les télégrammes de la traque de Will James, les documents reliés à sa libération conditionnelle, etc. – sont authentiques.

« Ernest Dufault (connu sous le pseudonyme de Will James) quitte le village de St-Nazaire pour vivre son rêve : devenir cowboy. Charismatique et possédant un talent pour le dessin, Ernest réinventera son passé pour mieux construire son futur. Une histoire vraie de cowboy québécois! »
– Laurence

« Je veux partir. M’en aller d’icitte. Aller vivre dans l’Ouest pis travailler comme cowboy. Ou p’têt ben dans le Nord sur les chantiers. Devenir bûcheron, homme des bois, queuque chose. Vivre avec les loups. »

— Ernest Dufault, Bénédiction

On fait souvent remarquer que les meurtriers n’ont pas l’air de meurtriers.
Personne ne disait cela d’Augustus Winter.

« Un Western à la Tarantino, ça vous dit ? Passages sanguinolents, personnages sanguinaires et le visage sanglant de la guerre de Sécession. Dans un style d’écriture cinématographique, ce roman tire le portrait d’une bande éclectique de criminels au sens moral tordu, menés pas leur propre définition de la ‘’justice’’. Il existe toutefois, au sein de ce groupe aux membres violents, une forme de camaraderie qui les empêche, la majeure partie du temps, de s’entretuer. »

On fait souvent remarquer que les meurtriers n’ont pas l’air de meurtriers.
Personne ne disait cela d’Augustus Winter.

« Un Western à la Tarantino, ça vous dit ? Passages sanguinolents, personnages sanguinaires et le visage sanglant de la guerre de Sécession. Dans un style d’écriture cinématographique, ce roman tire le portrait d’une bande éclectique de criminels au sens moral tordu, menés pas leur propre définition de la ‘’justice’’. Il existe toutefois, au sein de ce groupe aux membres violents, une forme de camaraderie qui les empêche, la majeure partie du temps, de s’entretuer. »

Les femmes d’Heresy Ranch • Melissa Lenhardt • Chercher-midi

« Et s’il était donné aux femmes d’écrire leur version de l’Histoire ? Il existe de nombreuses légendes du Far West, mais très peu d’entre elles mettent les femmes de l’avant. Ce roman est parfait pour y remédier. Si vous avez envie de lire une série épique de cambriolage, fusillade et autres manigances illégales au cœur desquelles se trouvent un gang de femmes assoiffées de justice, ce livre est pour vous! Les dialogues sont accrocheurs et certaines interactions m’ont bien fait rire. Bien qu’elles soient au cœur d’une époque sexiste, leur carrière de hors-la-loi permet des situations ô combien satisfaisantes, profitant de ceux qui sous-estiment les femmes et n’hésitent pas à se faire justice par des moyens parfois radicaux. Bien que ces femmes aient été dépouillées, violentées ou abusées, rien ne pourra se mettre sur leur route pour les empêcher d’atteindre leur objectif. Des personnages hauts en couleur et complexes, de toutes sortes d’horizons, ethnies ou identités sexuelles. Un western féministe! »
– Laurence

« Et s’il était donné aux femmes d’écrire leur version de l’Histoire ? Il existe de nombreuses légendes du Far West, mais très peu d’entre elles mettent les femmes de l’avant. Ce roman est parfait pour y remédier. Si vous avez envie de lire une série épique de cambriolage, fusillade et autres manigances illégales au cœur desquelles se trouvent un gang de femmes assoiffées de justice, ce livre est pour vous! Bien qu’elles soient au cœur d’une époque sexiste, leur carrière de hors-la-loi permet des situations ô combien satisfaisantes, profitant de ceux qui sous-estiment les femmes et n’hésitent pas à se faire justice par des moyens parfois radicaux. Des personnages hauts en couleur et complexes, de toutes sortes d’horizons, ethnies ou identités sexuelles. Un western féministe! »
– Laurence

Les femmes d’Heresy Ranch • Melissa Lenhardt • Chercher-midi

« Quels mensonges ? Bon sang, ma fille, tout ce que vous voyez sur les écrans de cinéma, pour commencer ! Tout ce que vous lisez, tout ce que vous entendez. La légende de l’Ouest est un énorme mensonge, et ils appellent ça un mythe parce que ça sonne mieux. Le plus grand mensonge, c’est que les hommes ont conquis l’Ouest tout seuls. Les femmes étaient moins nombreuses, c’est sûr, mais on était là. Bon sang, ils n’auraient jamais pu s’installer dans l’Ouest sans les femmes, mais est-ce qu’on en a tiré le moindre crédit ? Est-ce qu’on a déjà été les héroïnes de quoi que ce soit ? Tu parles. Et une femme noire ? Merde. »

— Henrietta Lee, Les femmes d’Heresy Ranch

Les spectres de la terre brisée

« – Et si vous avez besoin que je raccommode quelque chose, reprit Patch Up, […] je peux aussi le faire.
– Merci.
– Chemises, pantalons, chaussures, déchirures, os brisés, cuir chevelu pendouillant … je répare tout. »

Des scènes incroyablement horribles et brutales côtoient des discussions touchantes et amusantes. Jusqu’où seront-ils prêts à aller pour sauver ces jeunes femmes qui ont été cruellement arrachées à leur famille ? Qui sont les vrais monstres de cette histoire ? Des archétypes à la fois familiers et rafraîchissants dans une épopée de l’Ouest américain. L’enchaînement des rebondissements nous forcent à retenir notre souffle à maintes occasions. Les personnages sont incroyablement attachants tout en étant absolument imparfaits.

Les frères Sisters

« Nous sommes du même sang, mais nous n’en faisons pas le même usage. »
– Eli Sisters
Hermann Kermit Warm doit mourir. Le Commodore qui en a décidé ainsi a envoyé aux trousses du chercheur d’or les frères Eli et Charlie Sisters, tueurs à gages aux tempéraments radicalement opposés mais d’égale (et sinistre) réputation. Hermann Kermit Warm est un homme mort. À moins que les apparences s’avèrent trompeuses, que les truands ne soient pas ceux que l’on croit, qu’une crise de vocation ou qu’une rage de dents ne frappent ? De l’Oregon à la Californie, Les frères Sisters vous emporte dans une chevauchée burlesque dans une Amérique enfiévrée par l’appât du gain. Ponctuée de rencontres inoubliables, d’idylles impossibles, de petites et de grandes cruautés, cette histoire improbable arrosée de mauvais whisky est à la fois un hommage au western et une spectaculaire réinvention du genre, un tour de force salué par de nombreux prix. Chose certaine, ce livre phénomène offre par son humour ravageur un pur moment de joie littéraire ; un périple à dos de canasson qui vous laissera des bleus aux fesses.

Little Heaven

« Tout l’alcool de l’univers ne parviendrait jamais à chasser cette image de la tête d’un homme. »
On ne peut pas fuir son passé. Votre histoire est un molosse qui vous poursuit à travers champs et collines, sans jamais se reposer, tenaillé par une faim constante, vous pistant sans relâche jusqu’à ce que, une nuit, vous l’entendiez gratter à la porte.Le mal ne meurt jamais ; il sommeille. Parlez-en à Minerva, à Micah et à Ebenezer, un singulier trio de chasseurs de primes, mercenaires dans l’âme mais aux dons inégaux. La première fois qu’ils ont fait équipe, en 1966, ils ont été chargés de retrouver un neveu qui aurait peut-être été enlevé par une secte obscure oeuvrant au Nouveau-Mexique dans un endroit nommé Little Heaven. C’est là que le révérend Amos, qui reçoit ses ordres de Dieu directement, rassemble ses fidèles pour un culte des plus sombres. Les choses ne se sont pas passées comme prévu… Quinze ans plus tard, la fille de Micah est enlevée et le trio devra s’armer pour le débarquement de l’Enfer à Little Heaven.

Les spectres de la terre brisée

« – Et si vous avez besoin que je raccommode quelque chose, reprit Patch Up, […] je peux aussi le faire.
– Merci.
– Chemises, pantalons, chaussures, déchirures, os brisés, cuir chevelu pendouillant … je répare tout. »

Des scènes incroyablement horribles et brutales côtoient des discussions touchantes et amusantes. Jusqu’où seront-ils prêts à aller pour sauver ces jeunes femmes qui ont été cruellement arrachées à leur famille ? Qui sont les vrais monstres de cette histoire ? Des archétypes à la fois familiers et rafraîchissants dans une épopée de l’Ouest américain. L’enchaînement des rebondissements nous forcent à retenir notre souffle à maintes occasions. Les personnages sont incroyablement attachants tout en étant absolument imparfaits.

Les frères Sisters

« Nous sommes du même sang, mais nous n’en faisons pas le même usage. »
– Eli Sisters
Hermann Kermit Warm doit mourir. Le Commodore qui en a décidé ainsi a envoyé aux trousses du chercheur d’or les frères Eli et Charlie Sisters, tueurs à gages aux tempéraments radicalement opposés mais d’égale (et sinistre) réputation. Hermann Kermit Warm est un homme mort. À moins que les apparences s’avèrent trompeuses, que les truands ne soient pas ceux que l’on croit, qu’une crise de vocation ou qu’une rage de dents ne frappent ? De l’Oregon à la Californie, Les frères Sisters vous emporte dans une chevauchée burlesque dans une Amérique enfiévrée par l’appât du gain. Ponctuée de rencontres inoubliables, d’idylles impossibles, de petites et de grandes cruautés, cette histoire improbable arrosée de mauvais whisky est à la fois un hommage au western et une spectaculaire réinvention du genre, un tour de force salué par de nombreux prix. Chose certaine, ce livre phénomène offre par son humour ravageur un pur moment de joie littéraire ; un périple à dos de canasson qui vous laissera des bleus aux fesses.

Little Heaven

« Tout l’alcool de l’univers ne parviendrait jamais à chasser cette image de la tête d’un homme. »
On ne peut pas fuir son passé. Votre histoire est un molosse qui vous poursuit à travers champs et collines, sans jamais se reposer, tenaillé par une faim constante, vous pistant sans relâche jusqu’à ce que, une nuit, vous l’entendiez gratter à la porte.Le mal ne meurt jamais ; il sommeille. Parlez-en à Minerva, à Micah et à Ebenezer, un singulier trio de chasseurs de primes, mercenaires dans l’âme mais aux dons inégaux. La première fois qu’ils ont fait équipe, en 1966, ils ont été chargés de retrouver un neveu qui aurait peut-être été enlevé par une secte obscure oeuvrant au Nouveau-Mexique dans un endroit nommé Little Heaven. C’est là que le révérend Amos, qui reçoit ses ordres de Dieu directement, rassemble ses fidèles pour un culte des plus sombres. Les choses ne se sont pas passées comme prévu… Quinze ans plus tard, la fille de Micah est enlevée et le trio devra s’armer pour le débarquement de l’Enfer à Little Heaven.

Ce qu’il aimait chez les chevaux c’était ce qu’il aimait chez les humains, le sang et la chaleur qui les animaient. Toute sa déférence et toute sa tendresse et toutes les aspirations de sa vie allaient aux âmes ardentes et il en serait toujours ainsi et jamais autrement.

— La trilogie des confins T. I

La trilogie des confins

Du même auteur que La route et Non, ce pays n’est par pour le vieil homme.

Wild west T.2

Wild Bill

« Rédouvrez les  personnages mythiques de l’Ouest en vous plongeant dans les magnifiques illustrations de l’artiste québécois Jacques Lamontagne. »

Wild west T.1

Calamity Jane

Le paysage de Monument Valley évoque la conquête de l’Ouest. A l’arrière d’une calèche, un petit garçon joue du banjo. Derrière ce décor majestueux à la tranquillité trompeuse, la mort rôde pour faucher le rêve américain. Mais ni les assassinats, ni l’exploitation, ni les ravages ne peuvent arrêter la marche du progrès. Originaire du Missouri, la famille de Martha Cannary échoue dans sa traversée.

Le Férif le plus rapide de l’OueFt ! Charlie, le tout jeune shérif de Cactus-Valley, vient de perdre sa première dent. Du coup, il zozote ! Mais les voleurs n’ont qu’à bien se tenir, car il est le Férif le plus rapide de l’OueFt !

« Une histoire tellement drôle à lire! Vous vous amuserez à zozoter autant que les enfants rigoleront à vous entendre. »

Ciel d’azur. Poussière ocre. Les rapaces tournent dans l’air brûlant. Une jeune Indienne chevauche sur les traces d’un dangereux bandit.
La longue plainte d’un harmonica déchire le silence du désert.
Pas de doute, on est dans un western.

« Une écriture poétique et émouvante, accompagnée de superbes illustrations. »

Ce bandit-là s’amuse sans bon sens jusqu’à la fin de cette histoire de bons et de méchants ou malheureusement pour lui, les bons sont toujours les gagnants. Mais voilà qu’un jour, par une chance incroyable et inespérée, l’une de ses vilaines idées lui donne enfin le pouvoir de changer sa destinée…

« Tellement comique! Beaucoup de possibilités pour un exercice de compréhension de lecture. »

Au Far West, le héros est si insignifiant que la récompense promise pour sa capture n’est que de dix dollars. Sa taille minuscule l’empêche d’impressionner les autres, de commander un verre au saloon ou de gagner des bagarres. Alors qu’il se croit seul, il aperçoit un jour quelqu’un qui lui ressemble sur une affiche de recherche.

« Cocasse et rigolo, avec une belle morale d’entraide. »

Le Férif le plus rapide de l’OueFt ! Charlie, le tout jeune shérif de Cactus-Valley, vient de perdre sa première dent. Du coup, il zozote ! Mais les voleurs n’ont qu’à bien se tenir, car il est le Férif le plus rapide de l’OueFt !

« Une histoire tellement drôle à lire! Vous vous amuserez à zozoter autant que les enfants rigoleront à vous entendre. »

Ciel d’azur. Poussière ocre. Les rapaces tournent dans l’air brûlant. Une jeune Indienne chevauche sur les traces d’un dangereux bandit.
La longue plainte d’un harmonica déchire le silence du désert.
Pas de doute, on est dans un western.

« Une écriture poétique et émouvante, accompagnée de superbes illustrations. »

Ce bandit-là s’amuse sans bon sens jusqu’à la fin de cette histoire de bons et de méchants ou malheureusement pour lui, les bons sont toujours les gagnants. Mais voilà qu’un jour, par une chance incroyable et inespérée, l’une de ses vilaines idées lui donne enfin le pouvoir de changer sa destinée…

« Tellement comique! Beaucoup de possibilités pour un exercice de compréhension de lecture. »

Au Far West, le héros est si insignifiant que la récompense promise pour sa capture n’est que de dix dollars. Sa taille minuscule l’empêche d’impressionner les autres, de commander un verre au saloon ou de gagner des bagarres. Alors qu’il se croit seul, il aperçoit un jour quelqu’un qui lui ressemble sur une affiche de recherche.

« Cocasse et rigolo, avec une belle morale d’entraide. »